Est-il possible de devenir addict au CBD ?

De nombreuses addictions existent dans le monde, comme l’addiction au tabac ou celle à la drogue. Certaines de ces addictions auront des conséquences plus importantes sur la santé des consommateurs. Mais est-il possible de devenir addict au CBD ? 

Qu’est-ce qu’une addiction ?

Il est important de rappeler ce qu’est une addiction afin de comprendre et de savoir si l’on peut devenir addict au CBD

Tout d’abord, sachez que dans le milieu scientifique et médical, une addiction est définie selon les mêmes termes. 

Il existe différents types d’addictions comme l’addiction au tabac, ou à d’autres drogues, comme les opiacés, l’alcool, le cannabis et les amphétamines. Toutes les drogues causent une forme d’addiction à cause de plusieurs procédés chimiques qui se passent dans le cerveau. 

Cependant, un autre type de drogue existe, et ce dernier concerne les jeux d’argent. En effet, ce sont les seuls jeux qui sont considérés comme addictifs d’un point de vue médical et scientifique. 

L’addiction est globalement un besoin irrésistible de consommer un produit ou d’effectuer une action afin de se sentir mieux, ou de combler un manque

addiction addict cbd

Quels sont les symptômes ? 

Différents symptômes permettent de se rendre compte si quelqu’un est addict à un produit ou à une activité. 

Parmi ces symptômes, on trouve la perte de contrôle de soi, l’interférence de la consommation sur les activités scolaires ou professionnelles, ou encore la poursuite de la consommation malgré la prise de conscience des troubles qu’elle engendre.

Dans le monde médical, un diagnostic est établi selon différents critères et il faut savoir qu’il existe une différence entre les États-Unis et l’Europe. 

Voyons le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM 5) créée par l’American Psychiatric Association :

  • Besoin impérieux et irrépressible de consommer la substance ou de jouer 
  • Perte de contrôle sur la quantité et le temps dédié à la prise de substance ou au jeu
  • Beaucoup de temps consacré à la recherche de substances ou au jeu
  • Augmentation de la tolérance au produit addictif
  • Présence d’un syndrome de sevrage, c’est-à-dire de l’ensemble des symptômes provoqués par l’arrêt brutal de la consommation ou du jeu
  • Incapacité de remplir des obligations importantes
  • Usage même lorsqu’il y a un risque physique
  • Problèmes personnels ou sociaux
  • Désir ou efforts persistants pour diminuer les doses ou l’activité
  • Activités réduites au profit de la consommation ou du jeu
  • Poursuite de la consommation malgré les dégâts physiques ou psychologiques

Selon le diagnostic américain, si la personne comporte plusieurs critères, elle souffre d’une addiction plus ou moins sévère :

  • Présence de 2 à 3 critères : addiction faible
  • Présence de 4 à 5 critères : addiction modérée
  • Présence de 6 critères ou plus : addiction sévère

Voyons actuellement la classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé (CIM-10) créée par l’Organisation Mondiale de la Santé :

  • Un désir puissant ou compulsif d’utiliser une substance psychoactive ;difficultés à contrôler l’utilisation de la substance (début ou interruption de la consommation ou niveaux d’utilisation) 
  • Syndrome de sevrage physiologique quand le sujet diminue ou arrête la consommation d’une substance psychoactive 
  • Mise en évidence d’une tolérance aux effets de la substance psychoactive : le sujet a besoin d’une quantité plus importante de la substance pour obtenir l’effet désiré
  • Abandon progressif d’autres sources de plaisir et d’intérêts au profit de l’utilisation de la substance psychoactive, et augmentation du temps passé à se procurer la substance, la consommer, ou récupérer de ses effets 
  • Poursuite de la consommation de la substance malgré ces conséquences manifestement nocives. 

Les résultats sont les mêmes que pour le modèle américain :

  • Présence de 2 à 3 critères : addiction faible
  • Présence de 4 à 5 critères : addiction modérée
  • Présence de 6 critères ou plus : addiction sévère

Voyons désormais ensemble, si le CBD peut causer une addiction. 

Le CBD peut-il causer une addiction ? 

Alors, la réponse est simple et c’est non. En effet, il faut savoir que de nombreuses personnes ont souvent confondu ce qu’étaient le CBD et le THC. 

Le THC est une molécule psychotrope qui cause les nombreux effets que l’on connaît au cannabis récréatif. Pour cela, ce dernier va se fixer aux récepteurs pour y exercer son action psychotrope. 

cbd

Concernant le CBD, cette molécule ne va pas se fixer aux récepteurs CB1 et CB2 de nôtre justement endocannabinoïde, mais aux différentes molécules qui le composent. 

Des études scientifiques ont permis de démontrer que cette molécule pouvait activer plus de 60 voies moléculaires dans le corps afin d’exercer son action ! Cependant, des études supplémentaires doivent être effectuées pour pouvoir fonder ces affirmations. 

En 2011, une étude scientifique a permis d’élucider ce mystère. Cette dernière, publiée dans le journal Current Drug Safety, démontre que lors d’essais cliniques du CBD sur des humains, aucune accoutumance n’a été détectée.

Cet effet est valable peu importe les doses consommées de de cette molécule. Par exemple, que vous ayez une huile de CBD à 5 % ou une huile à 30 %, vous n’aurez pas d’addiction. Cela est également valable sur le long terme !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *